AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I'll catch you if you fall; said the FLOOR - feat.Iroai o/

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hikari Danae
Le Grand Esprit de la Lumière, de la Vie et de la Terre

avatar

Vos textes : 16

Personnage
» Techniques:
» Inventaire:

MessageSujet: I'll catch you if you fall; said the FLOOR - feat.Iroai o/   Dim 16 Aoû - 22:48



IT'S ALWAYS RAINING HERE, ALWAYS RAINING AND I WOULDN'T GIVE A DAMN , IF ONLY FOR ONCE EVERYTHING COULD BE JUST FINE BUT UNFORTUNATELY I WALKED INTO YOU
Mais quel temps de m*rde. Bien entendu, Hikari resterait polie et n'énoncerait pas ce qu'elle pensait très fort en ce moment, mais la remarque était tout à fait méritée. Ciel sombre, fermé, parcouru d'éclairs à intervalles assez rapprochés.. ça n'avait rien d'une belle journée d'été. Déçue, la jeune femme aux cheveux verts reprenait lentement son souffle abritée sous un arbre. Elle venait de se téléporter ici depuis le Dream World, ce qui lui avait demandé beaucoup d'énergie. Se téléporter à l'intérieur du Dream Wolrd n'était pas aussi éprouvant, étant donné qu'elle était sous sa forme d'Esprit, mais ici, son corps humain absorbait assez mal le choc. Les jambes en coton, Hikari se laissa lentement glisser le long du tronc de l'arbre pour s'assoir en y appuyant son dos. La température laissait vraiment à désirer, elle aurait peut être mieux fait de rester à se morfondre dans la forêt de l'Oubli. Mais l'image de ce monde au temps figé traversa son esprit et elle secoua aussitôt la tête. Oh non elle n'y remettrait pas les pieds avant d'avoir trop faim, soif ou sommeil. Il n'y avait rien à faire là-bas, la présence de vie réelle lui manquait. Il n'y avait pas d'arbres, pas de plantes à proprement parler: c'est comme si ils avaient été gelés et mis en exposition, ce que l'Esprit de la Terre vivait très mal. Mieux valait encore la météo regrettable d'Obscurum, en définitive. Non, elle ne se se sentait pas prête à rejoindre la jolie petite prison hors du monde et hors du temps qu'Uthyr avait eu la délicatesse de mettre en place pour les Grands Esprits. Un sourire sarcastique, presque amer étirait les lèvres d'Hikari lorsqu'elle se redressa lentement, ayant retrouvé une respiration normale. De toutes façons, qui lui disait qu'elle avait assez d'énergie pour le voyage retour ? Ces humains avaient vraiment la poisse..

Rabattant sur sa tête la grande capuche de son manteau fermé jusqu'au cou, la jeune femme s'avança sous la pluie. Pour l'instant elle n'était pas battante, mais ça ne saurait tarder. L'eau froide qu'elle avait reçu sur la tête sous l'arbre lui disait qu'elle ferait mieux de trouver un abri fiable dans assez peu de temps si elle ne voulait pas risquer d'attraper froid. Oh, pas qu'un rhume l'inquiète: la jeune femme savait faire des infusions pour soigner ça. Mais elle n'allait certainement pas rajouter de désagrément à ce corps désagréable. D'une humeur toujours aussi lumineuse, le Grand Esprit évalua rapidement qu'elle ne trouverait pas de grotte en marchant vers la forêt, aller en ville était donc certainement plus sûr. Il lui suffirait d'entrer dans le premier commerce venu et.. et elle n'avait pas d'argent. Chouette. Il faudrait vraiment qu'elle se trouve du travail par ici, ce serait infiniment plus pratique. Marchant précautionneusement pour ne pas rentrer dans quelqu'un, ayant la vision obstruée par sa capuche, la jeune femme discernait l'entrée de la ville. Chouette, elle n'aurait plus à patauger dans ce chemin boueux bien longtemps. La pluie n'arrangeait vraiment pas les routes par ici, si elle devait reconnaître un avantage à Luminum c'était bien la propreté. Et aussi le seul point positif qu'elle trouverait à cet endroit, au passage.

Il ne lui fallut pas bien longtemps pour atteindre les portes de la ville, qui étaient ouvertes. Tête toujours protégée par sa capuche, Hikari ne répondit pas aux regards en biais des gardes et pressa le pas. Cette bande d'abrutis, s'il l'approchaient et l'empêchaient de fuir, elle leur ferait pousser un rosier dans le ventre. Elle avait dans sa poche les graines nécessaires, une arme bien plus dangereuse que son poignard si vous voulez son avis. Pour qui ils se prenaient, à jeter ainsi sur elle leurs regards abjects. Le Grand Esprit ne se ferait jamais à ce manque de civilité, bien qu'elle n'en attende pas moins des partisans d'Uthyr de bas étage. Heureusement que tous ne partageaient pas ces traits déplaisants. Entrant en ville, la jeune femme aux cheveux verts jetait des regards aux alentours. Rares étaient ceux qui mettaient le nez dehors par un temps pareil, et les quelques passants pressaient le pas. De son côté, elle cherchait une solution à son problème assez rapidement, marchant d'un pas pressé dans les rues de la ville. N'y avait-il pas un abri quelque-part à proximité, une église, n'importe-quoi ? La pluie s'intensifiait, insensible à ses murmures qui lui demandaient de se calmer un peu, de lui laisser du temps, de pas être pénible. C'était bien sa veine, tiens, de débarquer par un temps pareil sans même pouvoir aller, par exemple, s'abriter dans une taverne et se désaltérer un peu le temps que ça passe. Autant dire que l'humeur du Grand Esprit n'était pas en bonne voie pour s'arranger.

Pendant qu'elle jetait ses regards dorés aux alentours, elle ne remarqua pas un chien brun qui ne trouva rien de mieux à faire que de traverser rapidement la ruelle devant elle. Prise au dépourvu, la jeune femme trébucha contre l'animal, et avec la vitesse de sa marche, ne tarda pas à perdre l'équilibre. Tandis que la bête confuse s'écartait un peu, Hikari basculait en avant vers une flaque de boue qui lui tenait les bras. Les yeux grand ouverts, sa capuche glissant de son visage dans la chute, elle poussa un cri de surprise tout en appréhendant le choc. Qui ne manqua pas de se produire d'ailleurs. SPLASH. C'est ce qui s'appelait se ramasser dans les règles de l'art. Mais pourquoi fallait-il qu'il y aie une flaque juste ici ? Ses genoux et surtout ses mains la brûlaient, ayant été utilisées pour amortir le choc elles s'étaient éraflées contre le sol pavé inégalement. A genoux dans la boue, la jeune femme se dit qu'au moins elle ne s'était pas cassé le nez: le haut de son corps n'avait pas touché le sol hormis ses mains. En revanche la boue, c'était une autre histoire. Ses vêtements en étaient entachés un peu partout, et son visage en portait également quelques éclaboussures. Pour ne rien arranger ses longs cheveux sortis de sa capuche n'avaient pas été épargnés, et sa paume gauche saignait, s'étant ouverte sur un pavé. Ce n'était plus un temps de merde mais même une journée de merde, à ce niveau-là. Le chien semblait penaud et contournait lentement la flaque pour donner un coup de langue qui se voulait réconfortant sur le visage de l'Esprit de la Vie. Mais les éclairs dans ses yeux dorés le firent aussitôt reculer la queue entre les pattes et adopter un air penaud.

- Oh toi ça va, c'est toi qui m'as fait trébucher dans cette horreur.



Gronda le Grand Esprit en gardant le regard fixé sur lui quelques instants avant de baisser la tête et pousser un lourd soupir. Où allait elle bien pouvoir aller comme ça ? Sa main gauche lui faisait mal, le sang s'y mêlait à la boue, et la droite était certainement râpée. Contenant sa frustration et une dizaine de jurons, la jeune femme frappa un poing au sol avec mauvaise humeur et s'apprêtait à se relever pour nettoyer ça dans une fontaine quand un rire parvint à ses oreilles. Bien entendu, il fallait qu'on l'aie vue tomber. La grande classe. Respirant à fond pour ne pas pourrir immédiatement celui qui se moquait d'elle, la jeune femme releva le visage pour croiser les yeux d'un parfait inconnu aux cheveux blancs. Au juger il n'avait pas plus de 18 ans, pour son âge physique c'était un gamin. Pour son âge réel encore pire. Lui jetant un regard oblique, Hikari s'exprima sur un ton le plus neutre possible, quoique laissant très bien deviner qu'il ferait mieux de cesser, ça ne l'amusait nullement.

- Ce n'est franchement pas drôle gamin, tu veux un masque de soin à la boue toi aussi ?  


Elle haussa un sourcil d'un air interrogateur, laissant un léger sourire étirer ses lèvres.


CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iroai

avatar

Vos textes : 24

Personnage
» Techniques:
» Inventaire:

MessageSujet: Re: I'll catch you if you fall; said the FLOOR - feat.Iroai o/   Mar 18 Aoû - 17:36


Un masque de boue ? Euh... Non merci...

"Iroaaaaai ! L'oncle veut des pommes, t'veux pas aller en chercher ?"

Je souris à Marie-Lise, un air légèrement désappointé sur le visage. Comme d'habitude, elle me demandait de faire quelque chose qu'elle ou la petite jeune fille timide qui m'évitait mystérieusement. Mais bon, utiliser un esprit pour faire les tâches pénibles était beaucoup plus facile, un esprit ne se fatigue pas, ne se nourrit pas, ne boit pas et n'a même pas besoin d'aller au petit coin ! Donc effectivement, j'étais tout désigné. Mais je n'allais pas céder si vite !
"Tu pourrais y aller, ou demander à Thaïs. Je veux bien comprendre que ton oncle soit trop occupé avec son restaurent pour y aller, mais aller au marché, c'est faisable pour toi ou ta cousine."

Marie-Lise souri de toutes ses dents et entra dans la phase suivante de son plan visant à me faire céder. Elle avança un à un ses arguments, en utilisant sa technique secrète ancestrale visant à m'empêcher de lui répondre. Elle arbora un air d'enfant battu, comme si elle était extrêmement malheureuse. Rien à dire, elle jouait bien.
"Maaaaaaaais... ! Y pleut comme vache qui pisse dehors, tu s'ras pas mouillé, toi."

Son plan marchait comme sur des roulettes. Que pouvais-je répondre à ça ? Aucun gentleman ne pourrait laisser une jeune fille faire ses courses dans de telles conditions... Mais à peine allais-je ouvrir ma bouche pour lui proposer mon parapluie qu'elle continua.
"Pis vu c'qui pleut, le marché est fermé, va falloir aller dans la ville basse, et c'est loin..."

Je refermais ma bouche et laissai là mon idée de parapluie. Elle avait déjà presque gagné, mais elle ne s'arrêtait pas là ! Non, elle arborait l'air mesquin de l'enfant qui se préparait à faire une bêtise, et elle enchaîna bien vite...
"En plus tu peux facilement piquer, ça nous coûtera pas un rond..."

Alors que je m'apprêtais à répondre que voler n'était pas la bonne chose à faire -non pas que je ne le ferais jamais, bien au contraire, mais donner le bon exemple aux jeunes était nécessaire en tant qu'aîné.-, Marie-Lise acheva son argumentation avec un coup de théâtre. Elle se mit à sourire, tout en me faisant un clin d'œil, comme si elle essayait de me séduire.
"Eeeet je te donnerais une info que tu ne connais pas !"

Et elle avait gagné ! La fourbe, elle connaissait tous mes points faibles. Elle savait qu'elle pouvait m'acheter avec des informations sur quelqu'un. Je n'avais rien à répondre, et maintenant, je voulais savoir. J'étais battu à mon propre jeu, et un mélange de fierté et de déception m'envahit. Je saisis le panier qu'elle me tendait, ramassé mon parapluie -je n'en avais pas besoin, mais je ne m'en séparais jamais- et j'ai enfoncé le chapeau pointu sur la tête blonde de Marie-Lise. J'ai lentement descendu l'escalier et me suit mis en route vers la ville basse.

La ville basse n'était pas très loin. Le village où je vivais était relativement bien placé. Entouré de champs, il possédait une culture importante de céréales, et certains fermiers possédaient des vergers et des champs de légumes. Il était équidistant d'un village de pêcheurs qui s'était établit autour d'un lac et d'un village de chasseurs à l'orée d'une forêt, et sa distance à la ville basse était raisonnable.
Je ne me pressais pas pour arriver. Malgré la couleur du ciel, il était encore tôt, les magasins ne fermeraient pas de sitôt. La pluie n'était pas battante, même si le vent était assez fort et que les éclairs grondaient. Mon parapluie rouge déployé au-dessus de ma tête, j'avançais tranquillement vers la ville basse. J'adorais le paysage sous la pluie. C'était ça, le plus formidable, quand on est mort. Mon corps flottait légèrement au-dessus du sol, et même si je n'avais aucun besoin vital, mes sens n'étaient pas endommagés. Je pouvais profiter de tout l'univers qui m'entourait sans être perturbé par des petits problèmes comme être mouillé ou patauger dans la boue. Je ne produisais aucun son parasite, ce qui me permettait de centrer mon ouïe sur tous les sons alentours. Le son de la pluie, du vent dans les arbres, le grondement sonore du tonnerre. J'avais également l'impression de voir les couleurs plus vives qu'avant, la lumière des éclairs avaient l'air de plus illuminer le ciel.

J'arrivais à la ville. Je pouvais déjà discerner l'entrée, alors je pressai le pas. Une fois passé les portes, le nombre de gens commença à radicalement augmenter. Je n'avais croisé personne sur la route, et là, des dizaines de gens se pressaient sur la place du marché pour rejoindre les tavernes ou les commerces les plus proches. Pour ma part, je me suis mis au centre de la place, et me suis mis à regarder la scène tout autour. Les gens couraient, leurs manteaux sur la tête. Ils ne voyaient presque rien tout autour d'eux.

Un grand SPLASH retenti derrière moi. Je ne m'y attendais pas, j'ai donc fait volte-face. Une silhouette encapuchonnée était tombée dans la boue. Je m'approchais d'elle. Je pouvais au moins l'aider !

Je m'arrêtais a mis chemin. Cette personne ne me verrait probablement pas. J'étais mort. Tant pis, si il y avait une chance... Je m'approchais donc de l'individu. Une jeune femme, aux cheveux verts. J'allais essayer de lui parler, mais... Elle avait l'air de disputer un chien. Je ne l'avais pas vu, tiens, il était de la même couleur que la boue. S'était probablement ce malheureux chien qui avait fait tomber la jeune fille. Les grondements de la jeune fille et l'air de culpabilité du pauvre chien m'arrachèrent un petit rire.
"Ce n'est franchement pas drôle gamin, tu veux un masque de soin à la boue toi aussi ?"

Je me figeais sur place. Non seulement elle me voyait, mais en plus elle m'avait entendu rire, et avait l'air franchement furieuse. Ses yeux dorés me glaçaient. Elle esquissa un sourire sarcastique qui m'angoissa encore un peu plus. Allez, secoue-toi ! Je repris rapidement les esprits et tendit mon parapluie pour qu'il protège la jeune fille.
"Pa... Pardon ! Je ne voulais pas vous vexer, mademoiselle..."

Je baissai le regard, un peu honteux d'avoir ri. Je décidais de m'enquérir de son état. Sa main gauche saignait. Et si elle avait d'autres blessures ?
"Vous pouvez vous lever ?"

Je lui tendis ma main pour l'aider à se lever. Elle risquait de prendre froid... Je devais l'emmener dans une taverne, la réchauffer, soigner ses blessures, je ne sais pas...
Eques, Never-Utopia.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hikari Danae
Le Grand Esprit de la Lumière, de la Vie et de la Terre

avatar

Vos textes : 16

Personnage
» Techniques:
» Inventaire:

MessageSujet: Re: I'll catch you if you fall; said the FLOOR - feat.Iroai o/   Mer 19 Aoû - 19:10



IT'S ALWAYS RAINING HERE, ALWAYS RAINING AND I WOULDN'T GIVE A DAMN , IF ONLY FOR ONCE EVERYTHING COULD BE JUST FINE BUT UNFORTUNATELY I WALKED INTO YOU
Le commentaire d'Hikari sembla prendre son interlocuteur au dépourvu à vrai dire, comme s'il s'attendait à ce qu'elle ne remarque pas. Mais il était à quelques pas d'elle, quasiment à portée de main, comment elle aurait pu le louper ? Son comportement sembla limite l'effrayer, toute trace d'amusement ayant subitement disparu lorsqu'elle avait fixé sur lui son regard désapprobateur. Un peu comme le chien de tout à l'heure, en vrai. Comme quoi elle n'avait pas vraiment besoin de parler pour intimer le silence. Peut être que son état d'énervement irradiait tellement à travers ses iris dorés que croiser son regard suffisait à faire passer le message. Allez savoir. Voyant son air hébété la jeune femme se contenta de secouer la tête: inutile d'insister. Au lieu de ça elle frotta ses mains entre elles sous les gouttes d'eau afin d'en enlever la boue. Le seul avantage de cette pluie battante, c'était bien qu'une partie de la saleté ne tarderait pas à être lavée à ce rythme-là. La coupure dans la paume de sa main gauche apparaissait clairement, et déjà elle avait l'impression que ses cheveux étaient trempés. Une légère grimace apparut sur son visage: la crève qu'elle choperait après ça s'annonçait charmante. Mais à peine avait-elle achevé cette pensée que quelque-chose faisait obstacle aux gouttes de pluie.


- Pa... Pardon ! Je ne voulais pas vous vexer, mademoiselle...



Bredouilla le jeune homme de tout à l'heure. Il avait placé son parapluie rouge au dessus du Grand Esprit pour limiter les dégâts, en bon gentleman ayant dépassé sa première surprise. Ce n'est qu'à ce moment-là qu'elle remarqua une chose étrange: il ne touchait pas le sol. Contrairement à tout autre passant, ses chaussures n'étaient pas salies de boue. D'ailleurs la pluie ne semblait pas faire effet sur lui, malgré l'absence d'abri il ne prenait pas une goutte. Comme si elles le traversaient. Un Esprit, pourvu qu'il mesure la chance qu'il avait par rapport au reste du monde lorsqu'il faisait un temps pareil. Pas étonnant qu'il aie été surpris qu'elle lui réponde tout à l'heure, tout le monde ne pouvait pas le voir. Cela dit, en tant que Grand Esprit ce serait tout de même un combe de ne pas pouvoir le voir sous sa forme humaine. Ca lui donnerait une raison de plus de trouver ce corps désagréable. L'inconnu ne la regardait pas en face, un peu plus concentré sur le sol, comme s'il avait honte de sa réaction de tout à l'heure.

- Vous pouvez vous lever ? 


Demanda-t il en lui tendant la main pour l'aider. Elle répondit par un haussement d'épaules en signe d'indécision. Hikari ne savait pas trop en réalité, étant toujours dans la flaque elle ne voyait pas l'état de ses genoux, mais elle ne pouvait nier qu'ils étaient douloureux. Une fois de plus, cet idiot de chien. Ce dernier n'avait pas bougé, assis à côté de la flaque de boue, l'air peu fier. La jeune femme leva presque les yeux au ciel et caressa sa tête avant de prendre la main que lui tendait le jeune homme pour se relever. Effectivement ses jambes étaient un peu faibles, elles tremblaient et s'il fallait courir autant ne pas compter sur elles. Sa jupe longue et son grand manteau cachaient ses genoux, mais lorsque son poids se retrouva sur eux à nouveau, elle fut certaine qu'ils n'étaient pas en forme. Ils lui faisaient mal, au mieux elle aurait des bleus, au pire l'un des deux s'était un peu ouvert avec le choc. L'expression de son visage s'était radoucie lorsqu'Hikari adressa un sourire à l'Esprit qui se tenait en face d'elle.


-Je te remercie. Ne t'inquiète pas, le masque de boue attendra, je ne suis pas vexée. 


Répondit la jeune femme sans se presser, son irritabilité étant retombée. De toutes façons elle avait les mains quasiment propres, se les étant globalement nettoyées avec la pluie. Il avait l'air doux comme un agneau en réalité, pas quelqu'un qui aurait ri méchamment à sa chute. Cependant ses yeux étaient de la même couleur que ceux de son interlocutrice, ce qui créa tout de même chez elle un léger doute. Peut-être avait-il été sorcier, ou polymorphe de son vivant.. Toujours à l'abri du parapluie, elle ignora la douleur dans sa main gauche et essora sa cascade de cheveux détrempés, faisant tomber de nouvelles gouttes d'eau sur le pavé mouillé. Demain, la rue allait être un enfer. Impraticable, remplie de trous d'eau, elle préférait ne même pas penser à ceux qui devraient l'utiliser, car elle ne doutait pas qu'ils seraient nombreux. Serrant sa main gauche où le sang recommencait à couler, elle songea que la régénérer ne devrait pas poser trop de problèmes. Mais la proximité de sa venue du Dream World lui revint à l'esprit, dessinant une grimace sur son visage. Sous cette forme elle n'en était pas certaine, cette technique était plus puissante que la téléportation et demandait plus d'énergie. Il vaudrait mieux qu'elle se pose avant d'essayer, surtout qu'en ce moment le froid n'arrangeait rien. Heureusement qu'il n'y avait que peu de vent. Regardant à nouveau celui qui lui offrait son parapluie, elle garda sa main blessée fermée en forme de poing et la cacha dans sa poche.

- Ne t'en fais pas pour ça. Connaîtrais tu, en revanche, un endroit où je puisse m'abriter de cette pluie ?


Interrogea Hikari. Certes, c'était un Esprit, mais peut être qu'il se baladait souvent par ici et connaissait un endroit; ça valait toujours le coup d'essayer. Et puis elle trouverait peut être le moyen de relever cette jupe au dessus du genou et constater l'ampleur des dégâts. A son avis s'il y avait des bleus, ce ne serait rien qu'une bonne pommade ne pourrait arranger en une semaine, mais sait-on jamais. Les règles de la politesse ne lui revenant à l'idée que tardivement, la jeune femme se présenta en inclinant légèrement la tête.

- Je m'appelle Hikari, au passage.




CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iroai

avatar

Vos textes : 24

Personnage
» Techniques:
» Inventaire:

MessageSujet: Re: I'll catch you if you fall; said the FLOOR - feat.Iroai o/   Dim 23 Aoû - 17:17


Un masque de boue ? Euh... Non merci...

Le jeune fille se releva, chancelant un peu. Je ne savais pas vraiment quoi faire pour l'aider. Pris d'une légère panique, je mis ma main libre derrière son dos, pour la rattraper en cas de chute. Ses genoux devaient être abîmés, sans compter que la pluie devait l'avoir transie de froid. Elle finit par sa stabiliser. J'écartais donc mon bras, comme on lâche une poupée de porcelaine qu'on vient de faire tenir debout et qui risque de s'écrouler à tout moment. Ses yeux ambrés devinrent plus doux lorsqu'elle m'adressa un sourire.
"Je te remercie. Ne t'inquiète pas, le masque de boue attendra, je ne suis pas vexée."

Elle me parlait d'une voix plus calme. Sa colère devait s'être apaisée. Je lui rendis donc son sourire.
"De rien, c'est naturel d'aider une jeune femme en détresse..."

Je rougissais légèrement, encore honteux d'avoir ris tout à l'heure, et également car j'étais relativement intimidé par les jeunes femmes. Je trouvais ses yeux magnifique, et me mis à songer qu'elle devait être vraiment belle sans être trempée. Je la regardais essorer ses longs cheveux. Une couleur particulière, probablement un vert lumineux à en juger par leur teinte actuelle, beaucoup plus sombres car remplis d'eau. Mon regard fut attiré par les gouttes d'eau qui tombaient de ses cheveux pour s'écraser sur le sol. L'eau boueuse augmentait à vue d'oeil, cela prendrait bien trois jours pour que tout sèche. Je me sentais chanceux de pouvoir vadrouiller sous cette pluie torrentielle. Un petit sourire fier ornait mon visage.

Je remarquais cependant quelques gouttes rouges qui se joignaient à l'eau de pluie. La blessure de la jeune femme recommençait à saigner, je devais trouver d'urgence un endroit où l'emmener pour la soigner. La demoiselle ferma cependant sa main et la cacha dans sa poche.
"Ne t'en fais pas pour ça. Connaîtrais tu, en revanche, un endroit où je puisse m'abriter de cette pluie ?"

Avait-elle le pouvoir de lire dans les pensées ? Je n'insistai pas sur sa main blessée et préférai me concentrer sur le lieu. Il y avait bien cette auberge dans laquelle j'allais quelques fois... Les chambres étaient faciles d'accès depuis l'extérieur, et je pouvais dérober la clé pour quelques jours. Cela me semblait une bonne idée.
"Je connaitrais bien un endroit pas loin d'ici. Une petite auberge assez luxueuse..."

Je pointais la rue ou se situais l'auberge du doigt. La rue juste à côté était coupée par une autre rue, plus grande. L'auberge se situait dans cette grande rue, et la rue par laquelle nous allions la rejoindre était bourrée de commerces, j'allais donc aisément y trouver mes pommes... Et peut-être également une petite gourmandise pour la demoiselle à mes côtés. Oui, faisons ça. Je me mis donc à marcher, entraînant doucement avec moi la jeune demoiselle.
"Je m'appelle Hikari, au passage."

Tiens, j'avais oublié les présentations. Je souris à la jeune femme, plongeant mon regard ambré dans le siens.
"Moi, c'est Iroai."

Nous arrivâmes bientôt devant une petit épicerie. Je laissais donc à Hikari mon parapluie rouge, et, m'excusant pour les quelques courses que j'avais à faire, je lui demandais de m'attendre ici un instant. J'entrais dans la boutique. En touchant des objets, je pouvais les faire passer sous une forme d'esprit et les faire disparaître de la vue des humains. Je remplis rapidement mon panier de pommes et récupéra une petite pâtisserie pour Hikari. Je sortis le plus vite possible.
"Désolé de vous avoir fait attendre..."

Je lui tendis en souriant la petite pâtisserie.
"Tenez, pour vous !"

Je repris mon parapluie pour lui libérer les mains. Je me remis à avancer, tout doucement, en fredonnant tout bas une petit chanson.


Eques, Never-Utopia.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hikari Danae
Le Grand Esprit de la Lumière, de la Vie et de la Terre

avatar

Vos textes : 16

Personnage
» Techniques:
» Inventaire:

MessageSujet: Re: I'll catch you if you fall; said the FLOOR - feat.Iroai o/   Dim 30 Aoû - 16:07



IT'S ALWAYS RAINING HERE, ALWAYS RAINING AND I WOULDN'T GIVE A DAMN , IF ONLY FOR ONCE EVERYTHING COULD BE JUST FINE BUT UNFORTUNATELY I WALKED INTO YOU


- De rien, c'est naturel d'aider une jeune femme en détresse...


Il semblait craindre qu'elle ne retombe sur le pavé dur, à en juger par son réflexe de tout à l'heure. Hikari n'avait pas réagi en sentant qu'il maintenait un peu son dos mais considérait qu'il était sans doute bien élevé. Enfin, si on oubliait sa réaction de tout à l'heure; à y réfléchir elle aurait certainement ri aussi. Tout le monde ne lui aurait pas prêté assistance, à n'en point douter. Elle avait à l'esprit le premier garnement venu qui aurait détalé en riant au premier signe d'agacement, ou un passant lambda qui aurait simplement continué sa route. Son regain de calme semblait avoir un peu rassuré l'Esprit et il répondait au sourire de son interlocutrice en rougissant légèrement. Tiens donc, elle ne pensait pas qu'il serait durablement intimidé par un inconnue tombée dans une flaque. Surtout maintenant qu'elle était partiellement tirée de sa détresse et ne le foudroyait plus du regard. D'ailleurs le chien couleur de boue avait pris sa caresse comme un signal pour retourner.. crapahuter sous la pluie, elle supposait. Quoi qu'il en soit il s'éloignait du duo. Elle avait bien vu le regard de l'albinos descendre de ses cheveux d'une couleur pas tout à fait naturelle à sa main blessée, mais il ne fit aucun commentaire. Ni sur l'un ni sur l'autre. A y réfléchir le Grand Esprit avait eu beau parcourir Obscurum, elle n'avait encore croisé personne avec des cheveux pareils et commençait à comprendre pourquoi elle passait difficilement inaperçue. Mais ayant commencé sa "vie" avec une chevelure verte, ça ne lui avait jamais sauté aux yeux. Sans doute était-ce dû à son rôle d'Esprit de la Terre..

- Je connaitrais bien un endroit pas loin d'ici. Une petite auberge assez luxueuse... 


Répondit-il en lui indiquant une rue à une distance tout à fait raisonnable. Eh bien, la jeune femme n'en demandait pas tant mais s'il le lui proposait, loin d'elle l'idée de cracher sur cette proposition. Tenant toujours le parapluie, il l'entraîna à sa suite dans la direction indiquée. Elle gardait sa main blessée dans sa poche et marchait à un rythme plus modéré que tout à l'heure par égard pour ses genoux, remerciant intérieurement l'albinos de ne pas aller à toute allure. Plusieurs passants la regardèrent d'un air interloqué, ce qui lui fit hausser les sourcils. Quel pouvait bien être le problème ? Ce n'était sans doute pas la première fois qu'ils voyaient quelqu'un aux vêtements sales pourtant. Mais rapidement elle se souvint que la majorité d'entre eux ne pouvait pas voir celui qui l'accompagnait. Elle était donc une jeune femme inconnue en ville avec des cheveux verts, des yeux étranges et un parapluie rouge qui flottait à ses côtés. Une allure peu habituelle dans la ville basse, de quoi se poser des questions, effectivement. Peut être la prenaient-il pour l'une des sorcières d'Uthyr qui s'était perdue par ici et retournait au château. En même temps, ils ne pouvaient pas deviner que c'était un endroit qu'Hikari évitait autant que Luminum histoire de ne pas se faire définitivement rayer de la carte par la reine. Elle avait bien failli réussir quelques années auparavant, regagner une partie de sa puissance avait été assez difficile pour ne pas lui laisser le loisir de réessayer.

- Moi, c'est Iroai. 


Dit-il avec un sourire auquel elle répondit, quittant la rue des yeux pour se tourner vers lui.

- Enchantée. 


Répondit le Grand Esprit sur un ton poli tandis qu'ils arrivaient à proximité de commerces. Certes, le nombre de clients devait être réduit par rapport aux jours de beau temps, mais les marchands restaient fidèles à leur poste, bien que la plupart adoptent une mine maussade. L'endroit n'était pas trop bruyant, et c'est là qu'Iroai demanda à celle qui l'accompagnait d'attendre son retour. Selon ses dires il n'en avait pas pour longtemps. Attrapant le manche du parapluie pour le tenir elle-même, et regagnant une allure un peu plus normale aux yeux du commun des mortels, elle marqua son approbation. Il était sorti faire des courses ? Pourtant il n'en avait pas besoin, étant devenu un esprit. D'ailleurs elle se demandait bien ce qui avait pu lui arriver pour mourir si jeune, il n'avait pas l'air d'être majeur, ou à peine. Remarque, on ne peut pas qualifier Obscurum de "terre ou règnent l'amour et la gentillesse", sait-on jamais.. Fidèle à ses dires, l'albinos fut bien vite de retour avec un panier rempli de pommes plus ou moins spectrales et une pâtisserie qu'il tendit à Hikari après s'être excusé une nouvelle fois pour l'attente.

-Tenez, pour vous ! 


Dit-il, tout sourires une fois de plus. Comme si à moins d'être trop surpris cette expression ne le quittait jamais. Au moins n'était-ce pas un éternel insatisfait.

- Merci, je ne dirai rien sur le chapardage pour ta peine ~


Répondit la jeune femme avec un sourire malicieux tandis qu'ils se remettaient à marcher. Acceptant la pâtisserie pendant qu'Iroai reprenait le parapluie en fredonnant, elle observa curieusement la nourriture. Ce n'était pas dans ses habitudes, de manger. Mais ça ne pouvait pas être terriblement mauvais si c'était sucré, aussi Hikari ne se posa pas plus de questions et commença à manger. Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il choisissait bien ce qu'il volait. Tandis qu'ils avançaient, elle voyait effectivement l'auberge mentionnée se profiler sur la rue principale. Avalant le dernier morceau de pâtisserie, elle fut brièvement prise d'un doute: les laisseraient-ils entrer ? Elle ne pouvait pas payer de chambre dans l'auberge, elle n'avait pas trouvé de travail dans ce monde. Certes, au vu des méthodes qu'employait cet Esprit pour faire ses courses, elle pensait bien qu'il s'y prendrait de la même façon pour l'auberge, mais sait-on jamais.

- Concernant l'auberge, désolée de ne prévenir que maintenant mais je n'ai pas d'argent, je ne suis pas d'Obscurum.


C'était la moitié de la vérité mais ça résumait bien la situation. Il allait certainement la prendre pour une Somnium venue de la moitié la plus insupportable de ce monde coupé en deux, mais elle ne pouvait pas non plus crier sur les toits qu'elle était le Grand Esprit de la Vie. Certes, elle ne se souvenait pas avoir un jour établi des règles là-dessus en compagnie des autres Grands Esprits, mais elle doutait qu'une telle absence de discrétion serait appréciée, ou même judicieuse. Qui sait, des partisans d'Uthyr pourraient très bien être mis au courant, la repérer, et l'emmener voir leur reine bien aimée à sa prochaine visite de ce monde. Si elle voulait en profiter autant faire profil bas.

- Mais je suppose que tu loues les chambres d'auberge de la même manière que tu fais les courses.


Continua l'Esprit de la Vie avec un sourire amusé, glissant un regard vers Iroai.


CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iroai

avatar

Vos textes : 24

Personnage
» Techniques:
» Inventaire:

MessageSujet: Re: I'll catch you if you fall; said the FLOOR - feat.Iroai o/   Dim 6 Sep - 16:40


Tentative d'infiltration...

"Merci, je ne dirai rien sur le chapardage pour ta peine ~"

Je me mis à rire. Elle avait un certain humour, à en juger par son regard malicieux. J'aimais beaucoup l'ironie. Hikari accepta ma pâtisserie, malgré un petit air intrigué qui me fit légèrement glousser. Elle finit par entamer la sucrerie, et eut l'air de ne pas la trouver mauvaise. Cela me fit sourire. L'auberge commençait à être parfaitement visible. Je me mis donc à farfouiller dans mes poches pour trouver une clé de chambre que j'avais dérobée. Hikari termina sa dernière bouchée de pâtisserie.

"Concernant l'auberge, désolée de ne prévenir que maintenant mais je n'ai pas d'argent, je ne suis pas d'Obscurum."

Pas d'Obscurum ? Je n'avais jamais entendu parler d'un autre endroit. D'un autre côté, je n'avais jamais posé la question à Marie-Lise, mais je me voyais fort mal l'aborder et lui demander : "Dis moi, Marie-Lise, existe-t'il des dimensions parallèles à ce monde ?" J'allais poser une question à Hikari, mais me ravisa. Tout comme Marie-Lise, je me voyais mal lui poser la question d'un autre monde, surtout à cet instant précis, sous la pluie, alors qu'elle était blessée et devait avoir froid.

"Mais je suppose que tu loues les chambres d'auberge de la même manière que tu fais les courses."

Étouffant un énième rire, je brandis fièrement ma clé de chambre.
"Exactement ! J'ai volé cette clé il y a quelques temps, pour quand j'emmène Marie-Lise faire les courses."

Une fois arrivé devant l'auberge, je passais devant l'entrée, vers un petit portail en bois. Je m'arrêtais devant, puis sauta par dessus. J'allais inviter Hikari à faire de même, puis je me rappelais qu'elle étai blessée. J'esquissais donc un mouvement, me demandant si je devrais la porter, et si oui, comment je devais m'y prendre. Je finis par me raviser, me disant que ce ne serait peut-être pas correct, et ouvrit tout simplement le portillon. Puis, tenant toujours le parapluie bien droit au dessus de sa tête, je lui exposais mon plan.
"On va simplement entrer dans l'auberge par la porte de derrière. A cette heure là, tout le monde devrait être occupé. Mais j'ai un tour dans ma manche en cas de danger, donc aucun problème, normalement. Il faudra monter au premier étage, c'est la chambre au bout du couloir."

Je la fis donc entrer discrètement dans l'auberge, repliant le parapluie après son passage. Je lui pris doucement le poignet pour la guider dans l'auberge.

Eques, Never-Utopia.

[HRP] Excuse moi du temps de réponse, j'ai quelques problèmes, en ce moment >.<
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hikari Danae
Le Grand Esprit de la Lumière, de la Vie et de la Terre

avatar

Vos textes : 16

Personnage
» Techniques:
» Inventaire:

MessageSujet: Re: I'll catch you if you fall; said the FLOOR - feat.Iroai o/   Jeu 17 Sep - 18:19



IT'S ALWAYS RAINING HERE, ALWAYS RAINING AND I WOULDN'T GIVE A DAMN , IF ONLY FOR ONCE EVERYTHING COULD BE JUST FINE BUT UNFORTUNATELY I WALKED INTO YOU

Il ne tilta pas quand elle annonça ne pas être d'ici, comme il s'était contenté de rire tout à l'heure lorsqu'elle avait mentionné les chapardages. Apparemment ça ne le perturbait pas plus que ça, ou peut être ne savait-il pas de quoi il était question. Il est vrai que beaucoup d'habitants n'étaient pas très au courant concernant le monde parallèle.. pourtant à en juger per ses vêtements, il venait de l'autre côté du Dream World. Curieux, elle se demandait bien comment il s'était débrouillé. Peut être aurait-elle l'occasion d'en apprendre un peu plus sur comment il était devenu invisible aux yeux de certains une fois qu'ils seraient durablement abrités. Pour l'instant ses chaussures prenaient l'eau et ne tarderaient pas à produire un bruit assez ridicule à chaque pas, aussi le Grand Esprit restait bien près d'Iroai tandis qu'ils marchaient. Il ne tarda pas à sourire en lui montrant une clé avec un numéro dessus, visiblement celle d'une chambre d'hôtel. Tiens donc, nul besoin de passer par la réception s'il était un invité permanent.

- Exactement ! J'ai volé cette clé il y a quelques temps, pour quand j'emmène Marie-Lise faire les courses.


Lui apprit-il sur un ton tranquille après avoir retenu un léger rire. Il avait plus d'un tour dans son sac, force était de le reconnaître. Certes, moralement elle ne le félicitait pas, mais du moment que ça rendait les choses plus faciles, pourquoi chipoter ? Ces considérations l'impressionnaient bien rarement en réalité, à partir du moment où elles se mettaient en travers de son chemin. La jeune femme hocha la tête en coulant un regard de connivence vers l'albinos: si elle avait un chapeau elle l'enlèverait. Certes, elle n'avait aucune idée de qui était Marie-Lise, n'ayant jusqu'ici vu aucune demoiselle accompagner l'Esprit, mais il faudrait poser la question une fois qu'ils seraient à l'intérieur. Car non, elle ne doutait pas qu'ils puissent se faufiler dans l'auberge, s'il avait la clé d'une chambre. Jetant un bref coup d'oeil aux alentours, Hikari fut rassurée constater qu'on ne regardait plus dans leur direction d'un air étrange. Peut être parce qu'il n'y avait plus grand-monde pour les voir, aussi. Les commerces où quelques courageux faisaient quelques courses étaient maintenant plusieurs mètres derrière eux, et quelle idée de s'attarder dehors sans raisons par un temps pareil. A moins de réellement vouloir tomber malade.. mais personne ne voulait tomber malade, les gens n'étaient pas tous stupides.

Une fois devant le portail de l'auberge, Iroai ne perdit pas de temps pour passer de l'autre côté bien facilement, comme si c'était naturel et habituel chez lui. De son côté l'Esprit de la Terre haussait les sourcils un peu décontenancée. Elle ne pensait pas rencontrer d'obstacle aussi tôt, et surtout pas un obstacle aussi.. ridicule. Ce portail devait bien lui arriver à la taille, mais elle se voyait mal l'enjamber. Franchir cette séparation entre l'auberge et la rue aurait peut être été chose aisée en temps normal, mais elle doutait que ses genoux apprécieraient un tel effort après sa chute de tout à l'heure. Non, non, en plus elle serait capable de perdre l'équilibre, passer par dessus n'était réellement pas une option. Mais pendant que la jeune femme aux cheveux verts regardait le portail comme pour lui commander de s'ouvrir par la pensée, Iroai avait pensé à quelque-chose de bien plus simple. Il se contenta de déverrouiller le portillon, facilitant le passage d'Hikari et tenant toujours un parapluie au dessus de sa tête. Elle le remercia à voix basse après avoir passé le portail, et il ne tarda pas à lui exposer ce qu'il avait en tête pour atteindre la chambre. Il savait où elle était, c'était déjà ça de gagné, car concernant le Grand Esprit cet endroit était tout à fait nouveau. Elle devrait faire du repérage plus souvent dans Obscurum, ça pourrait lui être utile à l'avenir.

- On va simplement entrer dans l'auberge par la porte de derrière. A cette heure là, tout le monde devrait être occupé. Mais j'ai un tour dans ma manche en cas de danger, donc aucun problème, normalement. Il faudra monter au premier étage, c'est la chambre au bout du couloir.


Elle hocha la tête et marcha à sa suite lorsqu'il lui prit le poignet, haussant un sourcil d'un air faussement surpris.

- Eh bien, si je n'avais pas une meilleure opinion toi, je dirais que tu es un voleur aguerri ~ 


Le taquina-t elle en lui emboîtant le pas à l'intérieur de l'auberge. Elle semblait en effervescence effectivement, et à chaque porte qu'ils passaient des éclats de voix lui parvenaient. Ils marchaient plutôt vite, mais mieux valait: elle ne savait pas trop comment réagir s'ils tombaient nez à nez avec.. avec qui que ce soit. Enfin, l'Esprit semblait savoir quoi faire, en revanche. Et savoir où il allait également, mais de son côté Hikari n'aurait sans doute pas su ressortir sans se perdre ou tomber sur quelqu'un qui se demanderait ce qu'elle fichait ici. Elle voyait des murs défiler, des portes, parfois des gens disparaître derrière l'une d'entre elles juste à temps pour ne pas les voir.. il elle ne savait pas qu'ils arrivaient à l'improviste, elle aurait juré que c'était calculé et minuté. Ils arrivèrent bientôt à un escalier qui leur permettrait d'atteindre le premier étage, ce qui fit légèrement grimacer l'Esprit. Hum, des marches, et son genou qui protestait de nouveau. C'était bien sa veine d'être humaine, franchement. Sous sa forme originelle tout serait terriblement plus facile, mais elle ne pouvait pas ignorer la douleur en ce moment. Elle craignait d'essayer la régénération car son énergie était à un niveau plutôt bas, après s'être téléporte du Dream World à ici. Elle n'aurait pas l'air fin si elle s'évanouissait subitement devant un escalier, franchement. Non, il fallait attendre d'être à l'abri. Ravalant sa salive et un grommellement de mécontentement, elle commença à gravir les marches en se tenant à la rambarde, espérant que l'Esprit aurait remarqué qu'elle ralentissait le rythme. Certes, elle n'allait pas tomber comme une de ces nouilles maladroites qui avaient l'air de le faire exprès, mais elle ne voulait pas le perdre de vie.

- Ils devraient inventer un truc pour monter les étages sans marcher.. 


Marmonna-t elle en pensant au drôles de boîtes avec des portes qu'elle avait vues dans certains endroits de Luminum. Alors certes, l'aspect clos et le bruit de ces appareils étaient loin de l'enchanter, mais sans son cas ça aurait été une véritable innovation. Une fois en haut des marches, elle souffla un bon coup pour se remettre à marcher. Il leur suffisait d'atteindre le bout du couloir comme le jeune homme l'avait dit tout à l'heure, rien de bien difficile. C'est ce qu'ils firent, et une fois à l'intérieur la demoiselle s'assit sur la première chaise venue. Ses vêtements s'étaient un peu égouttés à force de bouger mais n'étaient pas secs pour autant, difficile de dire qu'elle n'attraperait pas froid à rester comme ça. Cependant se déshabiller ici n'était pas exactement une option: elle n'aurait pas de quoi se couvrir et puis il y avait quelqu'un d'autre dans la pièce, le pauvre. Ôtant néanmoins ses chaussures avant de remonter sa jupe au dessus de son genou, Hikari examina l'étendue des dégâts.

-Hum.. je te remercie encore de ton aide Iroai, grâce à toi je peux me reposer. Et cela vaut mieux: ce genou est fort laid.. 


Souffla-t elle avec une légère grimace. C'était enflé et effectivement un peu ouvert par le choc. Peu de sang avait coulé, pas comme sa main dont la coupure saignait et se calmait au fil des mouvements qu'elle lui faisait faire, mais rien de bien agréable pour autant. Une fois de plus la régénération lui traversa l'esprit mais elle n'était pas certaine que ça soit efficace. Enfin, ça ne lui coûtait rien d'essayer. Tournant sa paume blessée vers le plafond, elle commença à se concentrer sur la régénération. La coupure brillait légèrement et se refermait peut-être, il fallait rester concentrée. Au moins quelque-choqe de produisait et elle sentait ses tissus tirer légèrement, mais pas d'une façon trop désagréable. C'était plutôt bon signe. Enfin, cela ne l'empêcherait pas de faire un brin de conversation avec Iroai histoire de détendre un peu l'atmosphère.

- Mais dis moi, qui est Marie-Lise ? Je n'ai vu personne avec toi tout à l'heure..


Interrogea-t elle avec curiosité, levant ses yeux dorés sur le jeune homme quelques secondes avant de se reconcentrer sur sa main.



CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iroai

avatar

Vos textes : 24

Personnage
» Techniques:
» Inventaire:

MessageSujet: Re: I'll catch you if you fall; said the FLOOR - feat.Iroai o/   Mer 10 Fév - 4:47


Tentative d'infiltration...

"Eh bien, si je n'avais pas une meilleure opinion toi, je dirais que tu es un voleur aguerri ~"
"Ahah ! Merci merci !"

L'auberge était particulièrement animée aujourd'hui. Normal, à cause de toute cette pluie, les gens de passage venaient se réfugier ici. Beaucoup de serviteurs allaient et venaient, et toute cette agitation amusait Iroai. C'était comme un jeu sans possibilité de recommencer si l'on échouait, en fait. De quoi follement occuper Iroai, qui s'amusait à s'imaginer le chevalier servant d'Hikari la protégeant durant leur périple au coeur de la forteresse diabolique. Il retint un rire à cette idée, pas question de perdre ! Les escaliers se profilaient déjà. Iroai lâcha Hikari pour commencer à grimper.
"Ils devraient inventer un truc pour monter les étages sans marcher.."
Un truc pour monter les étages sans marcher ? Cela disait quelque chose à Iroai. Mais bon, il n’en avait jamais vu. Il grimpa rapidement les dernières marches et se retourna pour voir Hikari… Elle avait l’air d’avoir du mal à marcher. Il se demanda si il devait aller l’aider. Oh, elle est presque au bout. Iroai se dépêcha d’ouvrir la porte de la chambre avec son trousseau de clés volé. Une fois Hikari à l’intérieur, Iroai ferma la porte à clé et laissa bien la clé dans la serrure pour qu’on ne puisse pas l’ouvrir de l’extérieur. Il s’affaissa sur le lit.
"Hum.. je te remercie encore de ton aide Iroai, grâce à toi je peux me reposer. Et cela vaut mieux: ce genou est fort laid.."
"Mais de rien, mademoiselle. Je peux pas vous soigner, par contre, désolé..."

"Mais dis moi, qui est Marie-Lise ? Je n'ai vu personne avec toi tout à l'heure.."
"Oh, Marie-Lise ? C'est mon amie, elle est la seule personne du village à pouvoir me voir, avec son oncle ! Je bosse un peu pour eux, et en échange j'ai le gîte gratuit !
Iroai eut un rire sonore. Puis il remarqua qu'Hikari était toujours assise sur une chaise, que lui était assis sur le lit, et de fil en aiguille...
"Vous voudriez peut-être le lit pour vous réchauffer ?"
Eques, Never-Utopia.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: I'll catch you if you fall; said the FLOOR - feat.Iroai o/   

Revenir en haut Aller en bas
 
I'll catch you if you fall; said the FLOOR - feat.Iroai o/
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» BLOOMER LEAH & KÉSAR — « catch me when i fall... » ♥
» TWR 2vs2 The Rise and Fall of Rome
» Topic Catch
» Catch WWE
» Extreme Catch

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dream World :: Obscurum :: Ville Basse :: Les Rues / Ruelles-
Sauter vers: