AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Iroai ~ An Umbrella of Laughs. [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Iroai

avatar

Vos textes : 24

Personnage
» Techniques:
» Inventaire:

MessageSujet: Iroai ~ An Umbrella of Laughs. [Terminé]   Sam 8 Aoû - 17:22

IROAI
« J'vais bien ! Don't wor-riz ! »
♦♦ AGE :: 17 ans
♦♦ SEXE :: Masculin
♦♦ ORIENTATION :: Pansexuel
♦♦ STATUT :: Peuple
♦♦ RACE :: Esprit
♦♦ MÉTIER :: Aucun
♦♦ GROUPE :: Nocte [] / Lux [] / Somnium [X]
♦♦ ORIGINE :: Obscurum [] / Luminum [X]
♦♦ PHYSIQUE :: Clique !


Armes & Pouvoirs

♦♦ ARMES :: Un stylo plume noir, et si on peut considérer cela comme une arme, son parapluie rouge.
♦♦ INVENTAIRE :: /
♦♦ POUVOIR :: Dreams Scriptwriter.
♦♦ TECHNIQUES ::
- Niv1 : "Dreams Reader" : Capacité à voir les rêves des autres.
- Niv1 : "Dreams Projector" : Capacité à faire voir à quelqu'un son propre rêve.
- Niv2 : "Dreams Invader" : Capacité à voyager dans les rêves des autres.
- Niv2 : "Dreams Writer" : Capacité à modifier légèrement les rêves des autres.
- Niv3 : "Dreams Eater" : Capacité à dévorer les rêves des autres.
- Niv4 : "Dreams Creator" : Capacité à créer un rêve de toute pièce.
Explications :
 


Description

CARACTERE:
Toujours un sourire sur le visage, il est impossible de te le retirer. T'es comme ça, toujours à sourire, sans aucune raison, même quand il faut pas. Tu rigoles souvent, très souvent, d'un rire doux et agréable. Ta personnalité calme et chaleureuse, bien que mystérieuse et quelque peu enfantine apaise souvent les autres ou les énervent au plus haut point. Ton insouciance te joues parfois des tours. Mais ton calme naturel fait que tu évites les rapport de forces. Tu ne te mets que très rarement en colère. Lors de tes rares colères, tu préfères te battre avec des mots acérés qu'avec tes poings.
Tu es quelqu'un de totalement imprévisible. Personne ne sait à quoi tu penses, et quand on pense avoir deviné ce que tu allais faire, tu fais toujours quelque chose d'inattendu. Et le pire, c'est que tu adores ça, rouler les gens dans la farine. Tu as un air très niais, l'air d'un abruti fini, un débile, l'air de quelqu'un avec au moins quinze cases en moins, et tu te sers de ça pour faire faire ce que tu veux aux gens. Comment dire non à quelqu'un comme toi ? Tu es très poli, gentil et avec ton sourire, tu obtiens facilement ce que tu veux. Ca marche particulièrement bien avec les filles. Le revers de la médaille est que tu peux t'attirer énormément d'ennuis avec toutes tes magouilles. T'as déjà roulé des mecs trois fois plus costauds que toi, et quand ils sont venus régler leurs comptes avec toi, tu leur a juste dis qu'ils avaient qu'à être moins cons. Tu as frôlé plusieurs fois la mort de près, mais tu réussissais toujours à t'échapper que les choses ne tournent trop mal. Le roi des menteurs et des arnaqueurs, et également le roi de la fuite !
Tu es un lâche. Un vrai lâche. Tu te planques à chaque fois que tu sens que les choses risquent de mal tourner, mais ta nature de beau parleur te pousse à mentir aux autres et t'attirer des ennuis.

Tu as tendances à jouer les justiciers avec les demoiselles en détresse, usant cette fois de tes techniques de fuite -enfin, surtout de ton stylo plume- pour les aider quand elles ont des problèmes. Tu les aides, d'une façon peu héroïque certes, mais tu les aides. Ce que tu fais aussi, c'est faire semblant de défendre la fille dans un combat pour lui donner l'impression que tu es un héros. T'interposer entre la demoiselle en détresse, lui dire de s'enfuir, et une fois t'être assurée qu'elle est assez loin, t'esquiver avec ton stylo à rêves. Fastoche, hein ! Et la jeune femme te prends pour un héros. Ca t'attire souvent encore d'autres problèmes, à croire que tu aimes ça, t'attirer des ennuis.

M'enfin, tu vivais de tes arnaques, extorquant des sous au premier venu. Tu as cessé tes activités une fois devenu un esprit. Plus besoin d'argent, une fois mort !

Malgré tout ça, tu es resté un grand enfant. Tu as souvent des envies de faire le gosse, comme jouer sous les gouttières quand il pleut, sauter dans les flaques de boue. Tu t'extasies encore comme la quasi totalité des enfants devant des trucs anciens. De vieilles poupées, des jouets en bois ou des machines à écrire. M'enfi, s'était à Luminum, ça...

Tu es quelqu'un de très maladroit. Tu es capable de trébucher dans le vide, de faire tomber quelque chose en le tenant fermement à deux mains ou encore de tomber par terre parce que tu te serais trop penché en avant sans t'en rendre compte. Tu es l'exact opposé de l'agilité.
Malgré tout tes problèmes, ta maladresse et tout ce qui va avec, tu restes quelqu'un qui a peur d'être un poids pour les autres. Tu refuses de les laisser se soucier de tes problèmes, et à chaque fois qu'il t'arrive quelque chose de fâcheux, tu rassures tes proches avec ton grand sourire et ton humour franchement douteux. Tes problèmes ne sont qu'à toi, et c'est à toi seul de les régler, t'as besoin de personne pour ça...

Dernier point important, tu détestes prendre des décisions. Tu pèses systématiquement le pour et le contre de chaque chose, chaque situation. Mais tu finis toujours par trouver autant d'inconvénients que d'avantages, aussi tu te retrouves toujours avec des dilemmes cornéliens même là où personne d'autre n'en voit, car certains de tes avantages et inconvénients sont presque irrecevables. Mais impossible pour toi de faire un choix ! Tu as donc tendance à déléguer la responsabilité de tout les choix à faire à quelqu'un d'autre, ou choisir en fonction de celui qui semble le plus amusant.
HISTOIRE:
Shlack !
La personne enveloppée d'une cape noire retira d'un coup sec la lame du cou d'un jeune homme allongé dans son lit. Le coup relevait d'une précision extraordinaire, de quoi assurer la mort de la personne à qui on le porte. Aucune chance de se relever après un coup pareil. L'homme quitta la chambre avec un air satisfait sur le visage.
"Ca t'apprendra à jouer avec nous."

Le jeune homme blessé perdait lentement son sang, mais s'était comme si son âme était déjà partie ailleurs, laissant son corps seul dans la chambre d'un hôtel cinq étoiles. Avant sa mort, il était déjà parti dans un profond sommeil. La lame dans sa gorge ne l'avait pas réveillé, non, car son esprit était déjà en route pour Obscurum. La lame avait séparé son âme de ce qui la liait a son corps, l'empêchant de la suivre dans son voyage.. Secoué dans tout les sens par cette interférence inattendue, le jeune homme finit par atterrir dans un endroit qu'il ne connaissait pas, sans savoir qui il était, ce qu'il faisait là ni pourquoi il y était. Il portait encore ces vêtements de tout les jours, qu'il ne quittait presque jamais, avait son stylo plume dans la poche gauche et son parapluie rouge dans les bras. Il dormait avec les deux, car s'était les objets les plus précieux à ses yeux...

Même si il ne le savait tout bêtement plus.

Il chercha du regard quelqu'un, histoire de pouvoir l'aider. Il n'y avait rien, seulement un immense champ recouvert d'herbes et de fleur. Cette étendue verdoyante lui faisait un drôle d'effet, il avait comme l'impression que s'était la première fois qu'il en voyait une si grande. Un sentiment un peu nostalgique l'emplit, allant jusqu'à lui faire verser quelques larmes. Gardant son regard vers l'horizon, il vit alors quelque chose qu'il n'avait pas vu... Quelle était cette fumée qui flottait au loin ? Son esprit lui souffla "maison. Village." sans qu'il ne sut pourquoi, ne croyant guère qu'une maison puisse produire de la fumée. Il arriva effectivement dans un petit village comme il ne lui semblait n'en n'avoir jamais vu. Plein de gens s'affairaient dans des champs cultivés. Il trouvait ce spectacle magnifique, ne se rappelant pas avoir jamais rien vu de pareil.
Je ne me rappelle pas de grand chose, ceci dis, songea t'il avec tristesse.

Il approcha une bonne femme toute ronde qui faisait sa lessive dans une grosse bassine en bois, et lui demanda ou il se trouvait. La bonne femme ne répondit pas. Il recommença, mais toujours aucune réaction. Il finit par lui tapoter l'épaule doucement. La femme releva la tête et la tourna dans sa direction. Le jeune homme sourit et commença à reposer ses questions à la femme. Cette dernière scrutait l'horizon avec un air intrigué. Un homme d'une quarantaine d'année s'approcha d'elle et lui demanda en rigolant :
"Ben alors quoi, qu'est ce donc qu't'as vu, la Josette ?"
"Ma foi rien, j'ai cru qu'on m'avais tapé l'épaule. Probabl'ment qu'c'est qu'mon imagination, Robert."

Elle haussa les épaules et se remit au travail. Robert éclata de rire.
"Ben t'perds la boule, ma Josette !"

Iroai retira sa main. On ne le voyait pas ? Comment était-ce possible. Il se mit donc à errer dans le village, se demandant ce qu'il allait devenir. Il s'assit sur le rebord du puits du village, calant son parapluie entre ses jambes. Il regardait ses pieds d'un air vide, lorsqu'il sentit une présence contre son épaule.
"B'jour m'sieur ! Qu'est ce tu fais dans c'patelin ?"

Il tourna la tête et vit une jeune fille d'une douzaine d'année, les cheveux blonds ondulés qui souriait de toutes ses dents. On voyait bien ses incisives légèrement écartées et quelques petites tâches de rousseur discrète sur ses joues. Le jeune homme rigola un peu.
"Roh lala ! Tu dois v'nir de loin, toi ! J'ai jamais vu des bas pareils. Et tes godillots ! Sont pas communs, tes godillots !"

Elle ne s'arrêtait plus de parler. A chaque fois que le jeune homme essayait d'ouvrir la bouche, elle le coupait pour dire autre chose.
"En tout cas, sûr que t'es pas du coin, j'ai jamais vu ta trogne dans c'patelin. Ni ici ni dans les autres pas loin, d'ailleurs."

Le jeune homme regarda ses vêtements. Il ne les trouvait pas vraiment bizarres. A peine allait il essayer de répondre à la jeune fille qu'elle repartait déjà.
"Dis, dis ! C'quoi ton nom ? Moi c'est Marie-Lise, même que j'suis la nièce du meunier !"
Cette fois, le jeune homme réussit à en placer une.
"Je euh... Je sais pas..."
"Comment ça qu'tu sais pas ?"

Juste après que la gosse ai sorti sa dernières phrase, l'homme de tout là l'heure refit son apparition.
"Beh alors Marie-Lise, toujours à causer à tes copains imaginaires ?"
"Sont pas imaginaires, m'sieur Robert ! C'est juste des macchabées !"
"Juste des macchabées ? Je vois ! S'tu vois ma vieille tante, tu lui diras bonjour d'ma part, hein ?"
"Ca marche m'sieur Robert ! Mais ça vous f'ra 10 Stella !"

Robert éclata de rire et s'éloigna en souriant à la gamine. Celle-ci retourna ses yeux ambrés et son sourire vers le jeune homme.
"Oh, mais si m'sieur Robert t'vois pas, c'est qu't'es clamsé !"
"P...Pardon ?"
"T'vois, moi j'peux causer avec les macchabées. Leurs esprits, tout ça tout ça, t'vois l'genre ! Si j'suis la seule qui peux t'causer, alors c'est qu't'es clamsé."

Le jeune homme resta pensif. Il regarda le ciel. Oui, ça expliquerait pourquoi la femme de tout à l'heure ne l'avait pas vu. Il redescendit son regard vers ses chaussures, poussant un soupir de réflexion. Marie-Lise continua ses explications.
"T'vois, les macchabées à qui j'cause sont presque comme les gens pas clamsés ! J'peux les voir, leur causer, même les toucher. Comme d'vrai gens ! Mais les autres gens peuvent pas les voir. Ah, t'as plus b'soin d'manger ou boire ! Même le p'tit coin t'as pu b'soin ! C'cool, hein ?"
"Hmm..."
"Ah, et tu dors pas non plus. Tu peux vadrouiller comme tu veux la nuit, c'cool ! J'aimerais bien sortir la nuit, mais ma m'man veut pas."
La p'tite jeune fille soupira, prenant sa tête dans ses mains et balançant ses jambes.
Elle semblait réfléchir. Le jeune homme, lui pesait le pour et le contre de sa situation. Il ne se rappelait plus de rien, cherchant tant bien que mal à se souvenir de son prénom.
"Par contre, j'sais pas pourquoi qu'tu sais pu rien ! Les autres macchabées que j'connais, ils savent au moins leurs noms, eux."

Marie-Lise marqua un temps de pause, comme si elle cherchait quelque chose. Le jeune homme ne l'écoutait presque pas, trop occupé à essayer de ce souvenir d'au moins quelque chose. La petite finit par frapper dans ses mains, toute contente d'avoir trouver quelque chose.
"Je sais ! Si t'as plus d'nom, bah j'vais t'en trouver hein, mwa !"

Le jeune homme ne l'entendait même pas. Il remuait entre ses doigts le petit stylo plume noir. Soudain, quelque chose lui revint comme un flash.
"Tu m'écoutes ?" demanda Marie-Lise.
"Mais oui !" dit le jeune homme sur le ton de la personne qui vient de se rappeler d'une chose évidente.
Marie-Lise poussa un soupir bruyant. Le jeune homme pointa son stylo sur la jeune fille. Il essayait de se rappeler d'un mot... Marie-Lise rigola.
"Oy, qu'est-c'tu comptes faire avec ça ?"
"Projector !"

Le jeune homme avait retrouvé son mot. Une lumière sortit du capuchon du stylo. Cette lumière, tout les villageois la virent sortir de nulle part, la regardèrent quelques secondes avant de vaquer à leurs occupations en soufflant quelques "ben ça !" au passage. Marie-Lise, elle avait la tête baissée vers ses chaussures. Les prunelles de ses yeux bougeaient dans tout les sens. Après une petite minute d'absence, elle releva la tête, et la secoua un coup.
"Comment qu't'as fais ça ?"
Le jeune homme lança son stylo dans les airs et le rattrapa rapidement. Il arborait un grand sourire.
"Ca s'appelle de la magie !"

Marie-Lise applaudit très fort. Le jeune homme s'inclina.
"Au moins je me souviens de quelque chose," dit-il doucement.
"Ah ! C'est vrai, ton nom !" dit Marie-Lise, relativement fort.

Le jeune homme plongea ses yeux dorés dans ceux de la jeune fille. Elle avait l'air de réfléchir. Cet air sérieux ne lui allait pas du tout, pensait-il, retenant un petit gloussement. Elle finit par sourire encore une fois.
"Trouvé !"
"Je t'écoutes", dit le jeune homme en souriant.
"Iroai !" hurla presque Marie-Lise.
"Iroai ?"
"Je sais pas, ça m'est venu comme ça. Ca te vas bien, j'trouve !"

Elle se mit doucement à rire, toujours en souriant. Le jeune homme se mit à rire avec elle. Soit, il serait Iroai...


Hors RPG

PRENOM: On me surnomme Eddy la Tarée et le Lapin ^^
AGE:  Bientôt 16 ans ~
AVATAR: Isana Yashiro, K Project.
CODE:
TU FAIS DU RPG DEPUIS LONGTEMPS ? Depuis les dinosaures :B
COMMENT TU AS CONNU LE FORUM ? ...Je sais plus °-°
UNE QUESTION, SUGGESTION ? Nooooupe !

Fiche créée par Madouce pour Epicode, ne pas retirer le copyright
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuroi Ame
Le Grand Esprit des Ténèbres, de la Mort et de la Destruction

avatar

Vos textes : 80

Personnage
» Techniques:
» Inventaire:

MessageSujet: Re: Iroai ~ An Umbrella of Laughs. [Terminé]   Dim 9 Aoû - 22:38


♣ VALIDATION ♠

♣ ♠ FÉLICITATION ♠ ♣

Tu es validé, je t'invite à aller faire ton journal de bord, ensuite ta chronologie de rp et pour terminer recenser ton avatar. Tu dois aussi penser à rajouter tes informations dans le profil si ce n'est pas déjà fait ! Tu peux aussi te diriger ici pour faire une demande de RP et ici pour une demande d'habitation !

Voilà, amuse-toi bien !

FICHE PAR NAMYON POUR EPICODE (c)


_________________
People can’t see anything that’s not right in front of them.



Human! Don't tell me what's right and wrong!:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Iroai ~ An Umbrella of Laughs. [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dream World :: Votre personnage :: Fiches et Présentations :: Présentations Validées-
Sauter vers: